Passer au contenu

Panier

Votre panier est vide

Article: Interview de Strong Voices #20 : Edith Saladin Bagda

Interview de Strong Voices #20 : Edith Saladin Bagda

L'interview Strong Voice de ce mois-ci présente Edith Saladin Bagda, responsable des ventes et du marketing du groupe Manpower. Avec plus de 15 ans d'expérience dans l'industrie du luxe et du haut de gamme, elle revient sur ses étapes personnelles et pourquoi elle croit sincèrement au pouvoir du mentorat et de l'éducation de la prochaine génération.

À PROPOS D'EDITH :

Edith Saladin Bagda incarne la force et la détermination. Avec plus de 15 ans d'expérience au sein de marques haut de gamme et de luxe telles que Gubelin, Montblanc et John Hardy, elle a été un agent de changement qui a bâti et transformé des équipes sur trois continents. Dans son rôle actuel, travaillant dans trois divisions, en tant que responsable des ventes et du marketing chez ManpowerGroup, la passion d'Edith pour son travail est toujours brûlante .
" Osez tenter des choses, prenez le temps de prendre des décisions, regardez les choses dans leur ensemble, ayez le courage de laisser un vide dans votre CV. " -Edith Saladin Bagda

NOS QUESTIONS :

Quelles ont été vos étapes les plus importantes ?

La courbe d’apprentissage est la plus raide lorsque vous recommencez, et le moyen le plus rapide d’apprendre à nager est de se lancer dans le grand bain. Les étapes importantes se produisent donc généralement naturellement lorsque vous démarrez quelque chose de complètement nouveau. Pour moi, ces étapes étaient liées à des expériences de travail et de vie à Paris, Hambourg, New York, Bangkok, un retour à Paris, Hong Kong et enfin un déménagement en Suisse. Cela signifiait passer du côté de l'agence et de l'industrie des biens de consommation au côté client, plus loin dans le secteur du luxe et enfin vers un prestataire de services. Mais comment construire une nouvelle vie dans ces lieux et situations ? Comment trouver un cercle social ? En fin de compte, vous apprenez le « système des nouveaux départs » - tant sur le plan professionnel que privé. Une autre étape que je ne veux certainement pas ignorer est celle de la maternité : j'ai pu apprendre beaucoup de choses en tant que manager grâce à mon rôle de mère. Je ne veux pas non plus ignorer l'étape de la maternité : j'ai pu apprendre beaucoup de choses en tant que manager grâce à mon rôle de mère.

Pourquoi êtes-vous si passionné par le marketing ?

Enfant et adolescent, je regardais frénétiquement les publicités. Certes, les agences de publicité des années 1990 et du début des années 2000 avaient aussi une image différente de celle d'aujourd'hui : Rock'n'Roll, 99cents... La publicité était plus présente, le marché moins fragmenté. Beaucoup de choses étaient permises, la publicité était un art. Qui se souvient encore des légendaires campagnes d’affichage de Benetton ou de celles des marques de cigarettes ?
Pendant longtemps, j'ai oscillé entre une carrière dans le design visuel et le marketing, au fil du temps j'ai fini par apprécier la créativité non visuelle. Mes équipes auront un sourire narquois en lisant ceci : elles me maudissent pour mon obsession pour la typographie et le graphisme.

Quelles sont vos expériences de collaboration avec différentes cultures et qu’est-ce qui est le plus important à considérer ?

Avoir fait l'expérience de différentes cultures m'a aidé à mieux observer les situations, les déclarations et les processus et à les regarder de manière plus différenciée. Il enseigne le respect et l'empathie pour comprendre comment l'attitude culturelle fondamentale influence les décisions, les façons de voir les choses et la manière de travailler. Ceci est probablement plus visible entre l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie. J'ai pu pratiquer cet équilibre au quotidien à Hong Kong, pour être un médiateur entre les attentes des équipes locales et celles du management à l'étranger.
Un autre exemple : j'ai tellement d'anecdotes sur l'époque où je visitais fréquemment Bali pour affaires : le polythéisme (la croyance en de nombreux dieux) a un impact sur les affaires quotidiennes et influence fortement le monde du travail. Ne pas en tenir compte aurait été hautement contre-productif.
Dans un contexte commercial international, je considère les langues comme très importantes. La langue est une expression d’attitudes tout en façonnant nos perceptions. Cependant, en fin de compte, pour pratiquer cette « écoute » culturelle, vous n’avez pas besoin de faire des allers-retours entre les pays et les continents : il y a beaucoup de « compréhension » culturelle à faire dans la plupart des lieux de travail en entreprise.

Qu’est-ce qui vous passionne dans les opportunités de transformation ?

L’attrait réside dans le fait de s’attaquer à quelque chose qui semble au premier abord légèrement impossible. Puis, après un an ou deux, regarder en arrière et s’émerveiller avec l’équipe du chemin parcouru. Libérer le potentiel de la convivialité.

Qu’avez-vous dû apprendre en tant que leader ?

Confiance – la première fois que j'ai pris la tête d'une équipe, je n'avais même pas encore la trentaine et je parlais une langue différente de celle des membres de mon équipe. J'ai essayé de compenser cela par beaucoup de travail acharné. La confiance en soi était également importante. Avec des équipes en pleine croissance, vous n’êtes pas celui qui est le meilleur en tout ou celui qui sait le mieux. Vous avez des experts dans l'équipe et vous devrez apprendre à les faciliter en créant un environnement de travail optimal pour créer et développer. Plus important encore, l'apprentissage n'appartient pas au passé, j'apprends toujours, tout le temps. Par exemple, actuellement, les managers expérimentés devaient et doivent encore apprendre à aborder le thème des environnements de travail hybrides. Dans un monde en constante évolution, personne n'a jamais atteint le statut de « manager complet », sinon tout cela serait tellement ennuyeux.

Votre présence est confiante et concentrée. Avez-vous des conseils pour vous sentir plus en confiance lors des réunions et des présentations ?

La préparation est la mère du bonheur. Mais honnêtement, on n'a pas toujours le temps de se préparer de manière optimale et parfois même le temps le plus long du monde n'aide pas à se sentir préparé. Alors : voyez une réunion ou une présentation comme un échange ou un dialogue. On peut répondre aux questions par "Je ne sais pas, mais c'est intéressant et j'aimerais le savoir".

Qu’est-ce qui fait un bon mentor ?

Quelqu'un qui critique, qui a du courage et qui a à cœur de donner de vrais retours.

Une dernière question personnelle : Quels conseils vous donneriez-vous il y a 10 ans ?

Osez tenter des choses, prenez le temps de prendre des décisions, regardez les choses dans leur ensemble, ayez le courage de laisser un vide dans votre CV.

En savoir plus

Strong Voices Interview #6: Women’s Day Special with Sabine Altena

Interview Strong Voices #6 : Spécial Journée de la Femme avec Sabine Altena

Pour encourager les jeunes femmes dans leur carrière, chez AMELI ZURICH, nous avons créé notre série d'articles de blog "Strong Voices". Dans le cadre de la Journée spéciale de la femme, nous avon...

En savoir plus
Strong Voices Interview #21: Jennifer Dixon

Interview de Strong Voices #21 : Jennifer Dixon

Jennifer Dixon porte plusieurs chapeaux. Fondateur, responsable du marketing et de la communication, journaliste – pour n'en nommer que quelques-uns. En novembre dernier, nous avons eu le plaisir ...

En savoir plus