Passer au contenu

Panier

Votre panier est vide

Article: Interview Voix Fortes #17 : Stefanie Schröder

Interview Voix Fortes #17 : Stefanie Schröder

Dans cette édition StrongVoices, nous nous entretenons avec Stefanie Schröder. Il y a cinq ans, Stefanie a interviewé notre co-fondatrice Christina pour un poste d'entrée chez Strategy&, est devenue plus tard son mentor et a maintenant rejoint notre équipe en tant que directrice des opérations, étant ancienne directrice chez Strategy& et mère. L'autonomisation des femmes tient à cœur à Stefanie, c'est pourquoi elle a dirigé plusieurs formations « réservées aux femmes » et encadré de jeunes consultantes chez Strategy&.

"Faites ce que vous aimez, trouvez-y du plaisir et le succès suivra " - Stefanie Schröder

NOS QUESTIONS :

Que faisiez-vous avant de rejoindre AMELI ?


Je vais commencer par le début, par ordre chronologique. Quand j'avais 18 ans, je voulais juste quitter ma ville natale de Salzbourg et j'ai décidé de déménager à Vienne pour étudier l'administration des affaires internationales. Ne sachant pas trop ce que je voulais faire à l'avenir, j'ai pensé que ce serait un bon point de départ car ce domaine d'études offrait un large éventail d'opportunités et, plus important encore, me permettait d'acquérir une expérience internationale. Et effectivement, mon année d’échange aux Etats-Unis a été décisive pour mon avenir. Déménager à l'étranger m'a montré à quel point j'aime m'immerger dans différentes cultures et j'ai commencé à rechercher des options pour intégrer cette nouvelle passion dans ma future carrière. Avant cela, j’ai commencé à étudier dans le seul but d’étudier quelque chose, puis j’ai étudié pour devenir quelque chose.


J'ai commencé à postuler activement pour des stages, à travailler davantage sur mes études et à poursuivre un master CEMS en plus de mon diplôme. Mes études proposaient une carrière dans le secteur bancaire et après avoir obtenu mon diplôme, on m'a proposé de travailler dans un cabinet de conseil interne chez UniCredit à Milan, la ville dont je suis tombé amoureux pendant mon master CEMS.


J'ai fini par passer plus de trois ans à travailler dans la finance pour réaliser que ce n'était pas ce que je voulais pour le reste de ma vie. J'ai tiré parti de mon MBA à l'INSEAD pour me ressourcer, me recentrer et finalement apprendre à me connaître à nouveau et à connaître qui j'étais à ce moment-là de ma vie.


J'ai toujours été intéressée par l'industrie de la mode et même si j'avais clairement indiqué que je ne retournerais pas dans la bulle financière - travailler en interne pour une marque de mode dans un département financier n'était pas non plus une option - l'idée du conseil m'a semblé plutôt séduisante. Faire un détour en mélangeant ce dans quoi j'étais déjà doué avec une toute nouvelle industrie et perspective semblait être l'étape parfaite avant de m'aventurer pleinement dans la mode et une nouvelle carrière. Voilà pour ça : 2 ans de conseil transformés en 7,5 ans.


Et oui, c'était amusant : les projets sur lesquels j'ai pu travailler, les entreprises dans lesquelles j'ai travaillé et surtout les personnes intéressantes que j'ai pu rencontrer en cours de route. Bien que des offres de différents chasseurs de têtes aient été reçues, rien ne semblait être la bonne solution pour le moment. Et c'est ainsi que, du moins rétrospectivement, les projets ont filé et le temps aussi.


Jusqu'à ce que la réalité me frappe. J'étais heureux mais ensuite je me suis surpris à penser : Et maintenant ? Quelle est la prochaine? Devenir associé du cabinet me paraissait encore loin et j'avais le sentiment qu'il était temps de faire quelque chose, de réellement faire partie de quelque chose de plus grand et de voir enfin les résultats de mon travail, y compris toutes les conséquences. Simplement tenter ma chance vers l'inconnu, avoir confiance en moi - des choses simples qui me manquaient. Je n'étais pas vraiment sûr de ce qu'était ce « truc », mais je savais, quand Christina m'a parlé de son idée, que c'était tout. Aussi ringard que cela puisse paraître, je savais que c'était la bonne solution pour moi.


Qu’est-ce qui vous manque dans le métier de consultant ?

Au début, rien d’important ne m’est venu à l’esprit – je sais que les « personnes » et les « tâches » sont toujours valables comme réponse ici. Mais honnêtement, mes tâches quotidiennes ici chez AMELI me mettent encore plus au défi. Ils me tiennent en haleine – d’une manière très positive. C'est différent de se consacrer entièrement aux choses que l'on a décidées et de ne pas se contenter d'un rôle d'observateur extérieur, comme c'est le cas dans le conseil. Si nous décidons de faire quelque chose, nous ne nous y engageons pas seulement à fond : nous allons jusqu'au bout et au-delà. Et c’est en soi la tâche la plus gratifiante que je puisse imaginer.



Les gens, et bien notre équipe est extrêmement cool. Ce n'est que la semaine dernière que j'ai réalisé à quel point nous nous amusions en tant que collectif, mais aussi individuellement les uns avec les autres. Tout le monde est si spécial et unique, mais d’une manière ou d’une autre, nous nous entendons tous si bien. Mon cœur est encore plein des discussions intéressantes que nous avons eues le soir - comme si nous nous connaissions depuis toujours.


Dans une start-up, il y a de nombreuses options stratégiques à considérer, mais il y a tout autant de tâches opérationnelles à accomplir. Comment priorisez-vous votre charge de travail ?


Il est extrêmement utile de structurer les projets au sein de l'équipe et j'aime personnellement les outils d'organisation tels qu'ASANA. Diviser les grands projets en tâches plus petites, et les rassembler en un seul endroit, m'aide à avoir une vue d'ensemble tout en me concentrant quotidiennement sur de petites activités pour me rapprocher de l'objectif global. Et c'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire : il y a souvent des jours où cela ne fonctionne pas à 100 %, les problèmes opérationnels se transforment en incendies brûlants et il n'y a que peu de place pour se concentrer sur des projets à plus grande échelle et un positionnement stratégique. Personnellement, j'essaie d'écrire chaque jour au moins 2 à 3 tâches que je souhaite vraiment accomplir, puis je remplis le reste de la journée avec des tâches urgentes et d'autres sujets qui pourraient nécessiter mon attention. Parfois, celles-ci sont de nature opérationnelle ou constituent un apport stratégique requis.


Si vous aviez la chance de tout recommencer : d’abord start-up, puis conseil ? Ou d'abord conseil, puis start-up ?


Je pense que je recommencerais, dans le même ordre. D’abord conseil, puis démarrage. Travailler dans le conseil m'a donné tous les outils dont j'ai besoin pour mon travail dans la start-up. La façon dont j'aborde des sujets inconnus, la façon dont je me structure, la façon dont je résout des problèmes et même des choses purement fonctionnelles : comment je gère les différentes parties prenantes ainsi que la façon dont je me présente. Travailler dans le conseil vous apprend ces choses. Cela peut parfois être difficile, mais cela vous prépare définitivement à travailler dans un environnement de start-up souvent plutôt chaotique.


Comment votre vie a-t-elle changé depuis que vous êtes devenue mère ?


Ne mentionner que de petites choses serait un euphémisme. Il ne faut pas se leurrer : devenir mère change tout. Si vous voulez fonder une famille et une carrière, vous devez tout planifier avec diligence (une tâche que j'apprécie vraiment) et réserver du temps pour vous de manière proactive, car sinon il n'y a plus de place pour vous. Prendre du temps pour soi, faire du sport, avoir un rendez-vous amoureux ou même simplement s'asseoir sur le canapé sans rien faire, tout doit être planifié longtemps à l'avance. J'ai également réalisé qu'il n'y a aucune honte à accepter de l'aide : qu'il s'agisse d'embaucher quelqu'un pour aider à la maison ou avec le bébé, nous essayons tous de faire de notre mieux et nous pouvons le faire encore mieux si nous acceptons. aider en cours de route.


Comment conciliez-vous être mère et COO ? Comment vous organisez-vous ?


Je fais tout avec mon mari Julian, ce qui est extrêmement utile. Il dépose notre fille à la crèche, ce qui me permet de bien me préparer le matin, de préparer la journée et de commencer à travailler tôt. Le matin est mon moment le plus productif : j’aime passer mon temps entre 8h et 9h sur des tâches pour lesquelles j’ai besoin de beaucoup de matière grise.


Dans l'après-midi, je viens la chercher et il est très important pour moi que nous passions du bon temps ensemble. Cela peut être une sortie pour jouer, aller au terrain de jeu, faire une balade à vélo - tout ce qui signifie plaisir et mouvement. (Aussi pour moi !)

Idéalement, nous cuisinons ensemble le soir et nous nous sommes mis d'accord sur deux jours fixes en semaine ainsi que le week-end pour les dîners de famille. Après le dîner, je l'amène habituellement au lit. La soirée de Julian et moi est ensuite généralement assez calme, nous passons du temps seuls ensemble.


Pensez-vous que ce concept est à l’épreuve du temps ? Concilier travail et famille ?


Je pense que vous devrez certainement réduire vos propres attentes envers vous-même et que vous devez absolument arrêter de vous comparer aux autres - qu'il s'agisse d'autres mères ou de collègues de travail. Surtout au début, c'était difficile pour moi de ne pas me comparer à d'autres femmes qui ne travaillent pas, qui n'ont pas l'impression d'être une mauvaise mère et de laisser tomber mon enfant. Il a fallu du temps pour comprendre que vous n'êtes certainement pas une mauvaise maman pour reprendre le travail que vous aimez. Le fait que je vais travailler ne signifie pas que je ne verrai jamais mon enfant : le temps que nous passons ensemble, je suis entièrement concentré sur elle, lui donnant la priorité sur tout le reste.


En résumé : réduisez vos propres attentes envers vous-même. Ne vous laissez pas stresser par les autres, vous savez mieux que quiconque ce qui fonctionne pour vous et votre famille. Donnez la priorité et acceptez l’aide.


À quels défis êtes-vous confrontés en ce moment chez AMELI ?

À l’heure actuelle, la majeure partie de mes capacités est consacrée au déménagement d’entrepôts le plus facilement possible. Cela va des décisions stratégiques à des tâches opérationnelles très détaillées, fragmentées. Un exemple de décisions stratégiques : comment allons-nous gérer le processus de retour pour nos clients dans les différents pays du monde ? À quels coûts sommes-nous confrontés ? Quel sera l’impact environnemental ?

Ensuite des sujets évidemment pleinement opérationnels : Se rendre dans l'ancien entrepôt et préparer effectivement le déménagement physique de nos produits.


Quel a été le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu et quel conseil donneriez-vous aux jeunes femmes ?

Rétrospectivement, ce qui a eu un impact durable, ce sont les conseils de ma mère : faites ce que vous aimez, trouvez-y du plaisir et le succès suivra. Et si j'y pense maintenant : cela est devenu vrai pour ce que j'ai fait à l'école, dans mes études et maintenant au travail. Je doute que je sois resté aussi longtemps chez Strategy& et que je sois devenu directeur si je ne m'étais pas amusé. Et c’est pareil pour AMELI, j’aime vraiment mon travail. Et cela peut impliquer certains jours, où les choses sont difficiles et ennuyeuses – mais dans l’ensemble, la positivité devrait toujours dominer.


Le meilleur conseil que je puisse donner à d’autres femmes, celui que j’ai appris en travaillant moi-même comme consultante, est l’importance de vous commercialiser et de vendre vos compétences. Je crois que nous, les femmes, vendons souvent nos compétences à moindre coût et ne croyons pas suffisamment en nos propres capacités. « Faites de bonnes choses et parlez-en » - c'est ce que j'ai dit à tous mes mentorés et en particulier lors des formations réservées aux femmes : ne vous cachez pas des choses que vous faites et ne les prenez pas pour acquises. Si vous faites de grandes choses, soyez fier et montrez-les à tout le monde.

À l'heure actuelle, Steffi possède presque tous les modèles AMELI ;)

En savoir plus

Strong Voices Interview #16: Anne Pohlmann

Interview Voix Fortes #16 : Anne Pohlmann

Pour encourager les jeunes femmes dans leur carrière, chez AMELI ZURICH, nous avons créé notre série d'articles de blog "Strong Voices". Cette fois, nous avons discuté avec StrongVoice Anne Pohlma...

En savoir plus
Strong Voices Interview #18: Marta Ludovici

Interview Voix Fortes #18 : Marta Ludovici

Dans cette édition Strong Voices, nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Marta Ludovici, CEO de LUVIVO. Elle nous a donné d’excellents conseils de motivation sur la manière de créer un é...

En savoir plus